AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Ven 22 Fév - 23:06

Après la rencontre de ce qui deviendrait par la suite sa future équipe Lena était partie se coucher dormant comme à la coutume fenêtres ouvertes pour garder en quelque sorte un pieds à l’extérieur. Cependant ce qui s’apparenterait à du repos ne fut qu’agitation, après s’être débattue durant une heure pour trouver une position confortable la jeune femme ferma enfin les yeux. Le répit ne dura pas, Lena était victime d’une déformation professionnelle, dès qu’elle se sentait angoissée ou encore dès qu’elle cauchemardait, sa respiration se bloquait automatiquement la rendant vulnérable à l’apnée du sommeil.

Le colonel était en train s’étouffer en silence déglutissant rageusement, ses lèvres avaient viré au bleu et ses joues jouaient avec le feu. Alors qu’elle allait franchir la limite elle ouvrit les yeux et dans un sursaut fulgurant se redressa afin de contempler le silence. La belle était en nage et à bout de souffle une nouvelle fois, trop à son goût dans la même journée. Ses tempes battaient à un rythme sévère et son cœur s’emballa de nombreuses fois avant de suivre plus calmement le cours des évènements. Elena décida de se lever fuyant l’obscurité de sa chambre, elle contourna le couloir central holster sur la cuisse et se rendit directement sur une terrasse.



free music


L’air frais balaya son visage congestionné par la douleur, elle s’avança vers le bord posant son tube de calmants sur un dénivellement. Elle souffla à intervalles réguliers afin de se conditionner et contempler le ballet des illuminations qui embrasaient le complexe. Le silence lui chanta des mots doux, des bribes nostalgiques, des promenades par bons matins, l’odeur de la terre, la chaleur de sa jument, le brasier de Venise, le velours des théâtres.

L’espace dont elle avait besoin était indéfinissable pour qu’elle se sente en sécurité, alors que d’autres auraient préféré se blottir dans un coin, Lena était partisane d’une liberté sans limites. Bien que l’horizon n’ait pas de visites opportunes, il serrait son cœur, le colonel avait peur de ce qu’elle trouverait à l’autre bout de la galaxie et comme une voiture sans phares en pleine nuit, elle hésitait grandement à aller de l’avant. La présences d’être vils autour d’elle lui donna un haut de cœur, elle crut vomir, ce n’était en fait que les effets de la demi-douzaine de calmants qu’elle venait d’ingurgiter.

Lena se posa à genoux rasant le sol comme une vieille loque au bord de l’agonie, le spectacle était terrifiant mais supportable. La belle serra son cœur crispant ses doigts tout autour de lui, elle ne savait pas encore si il tiendrait le coup avec tant de nouvelles émotions, les perspectives de son avenir étant bien incertaines. Le colonel se releva grâce à la rampe et alla plus loin là ou les barrières s’arrêtaient. Elle s’assit et toussotât violemment s’étranglant à peine avec sa salive.


*Sale cabot tu as la crève*

Pensât t-elle posant son front sur une poutre métallique, elle agita sa tête dans un mouvement de va et viens se servant de ce contact froid pour se soulager. Ses dents grincèrent lentement cherchant à macher, comme un cheval mord son cuir. Elle leva péniblement le bras ayant décidé qu’il faudrait mieux rentrer lorsqu’une nouvelle nausée surgit. Lena décida donc d’attendre encore quelques minutes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Ven 22 Fév - 23:39

Garath était un bon guerrier, même un excellent à l'avis général. Il dormait peut ou pas, et avait toujour ses lames à porter, il dormait même habillé, toujour épées à porter et le moindre bruit à l'exterieur. Il entendit des bruit sur le balcon exterieur, il ne dormait fenêtre ouverte, mais toujour l'une d'elle entrouverte pour n'avoir qu'a la pousser bloquer par une câle de bois. Il ne fermait les rideaux et laissait dormir des oreillers à sa place, lui dormait en face de la baie vitré, derrière la porte, sur une chaise. Le bruit se repetant, il se saisit de son harnais l'enfilant, s'armant de ses dagues et de ses épées. Il glissa à pas de loup vers la porte qui donnait verts les balcon, il se saisit de sa cape qu'il enfila tout en dégainant une de ses épée, la droite. Il se glissa sur le balcon commun et regarda se qu'il s'y passait. La nuit était clair, on y voyait comme en plein jour le colonel Webster dans un piétre état. Il s'avança vers elle et comme l'ignorant, il s'appuya contre la ballustrade, les yeux pointés vers le ciel. Mais dit silencieusement et calmement:

"La nuit est belle, le ciel plein d'étoile, que vous arrive-t-il, colonel? Vous avez l'air plus abbatu que le soleil au couchant..."

L'image était belle, c'était un proverbe typiquement centurin, les centurins étaient de grands philosophes dans leurs bons moments, qui était moins nombreux que leurs mauvais, comme pour de nombreux peuples. Il demeura silencieux quelques instants, puis il se fit pensif, tout en commenta:

"Parfois certaine nuit, je me réveille, en me souvenant du mal que j'ai fait et du mal que j'ai souffert. Ma bléssure en dessous du coeur à bien failli me tuer, mais vous qu'est-ce qui vous brise le coeur au plus sombre de la nuit, chère colonel?"

Il avait d'ailleur mainte et mainte fois pensé à se tuer, en s'empalant sur sa propre épée, comme le faisait les généraux des temps passés, mais il avait manqué de courage dans un premier temps et c'était dit que ses épées avaient déjà trop tuer. Il c'étai ranger loi des bannière et ne tuer plus que pour survivre et pour défendre...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 23 Fév - 0:16

« Probablement les fruits donnés à la cantine que je ne digère pas ! »

Lena pencha la tête en avant plissant les yeux. Si par malheur elle levait sa nuque un tournis agaçant venait lui rendre visite. Garath jouait la carte de l’indifférence probablement ne sachant pas comment s’occuper d’elle. Mc’Carty l’aurait vraisemblablement déjà punie pour son comportement indésirable devant les étrangers, mais elle s’en fichait, pourquoi toujours suivre le protocole, elle n’avait pas envie de vivre sous un masque jusqu'à la fin de ses jours.

« Et vous mon bon Garath, vous venez vous délecter du spectacle affligeant que je vous joue ? »

Mis à part quelques raideurs dans son coup et un léger trouble de la vision Lena tenait le coup, elle s’écarta un moment de la balustrade la mine gâtée par une sorte de mal de mer. Le Centaurin lui sourit, elle n’avait pas la tête à philosopher, elle aurait préféré un bon whisky pour se changer les idées mais l’alcool était proscrit en service. Le colonel roula les yeux au ciel s’infligeant intérieurement un châtiment sévère pour avoir de telles pensées. Le vent balayait la cape soyeuse de Garath, c’est vrai qu’il avait de la prestance ce bougre, Lena pensa qu’il cachait lui aussi une part beaucoup plus tendre au plus profond de son être.
Rassurée d’avoir une présence à ses côté elle bascula en arrière s’allongeant sur le sol, elle ferma les yeux quelques instant le teint blême et l’air troublé. Le centaurin qui débitait ses paroles pleines de sagesses fut surpris de la voir dans un tel état. Il se mis à croupis tapant du pommeau de son épée la joue du colonel. Celle-ci stoppa net son mouvement fermant sa main sur celle de Garath.


« Je vous déconseille de continuer si vous tenez à avoir une descendance respectable… »

Elle desserra son emprise effleurant les phalanges endurcies de l’étranger, Lena reposa délicatement sa main sur son torse ayant trouvé une position adéquate pour enfin rejoindre morphée.

*Tu ne vas pas dormir là… Oh et puis si, tu le répugne il ne te fera rien*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 23 Fév - 0:42

Il se tourna vers la jeune femme, et tranquilement se défit de sa cape, pour la déposé sur la Colonel. Il alla se placer en face les jambes allongeaient, mais le reste du corp en place prêt au combat comme à l'accoutumer. Il la regarda tranquillement savourant le déléctable plaisir du doublage de la fourrure de loup noir. Puis aprés quelquels instants de contemplation, il commenta silencieusement:

"Il y a longtemps que je ne tire plus plaisir du malheur d'autrui. Quand à ma présence à cette heure tardive hors de mes quartiers, elle s'explique simplement par le fait, qu'aprés avoirs fait nombre de veuve et d'orphelin, quand mon père ma bannis, je me suis retrouvé avec un tas d'ennemis et que je dors que d'un oeil depuis. Le moindre bruit me tire du lit, maintenant pour m'éviter de finir un jour par ne jamais me réveiller..."

Il avait vue tant de mort et on avait tant de fois tenter de le tuer, qu'il avait du s'habituer à cohabiter avec la Mort, comme l'amie, l'amante, la femme qu'il n'avait jamais eu. Mais se n'était pas son passé qui l'avait conduit sur se balcon, mais bien la douleur d'une autre, pourquoi souffrait-elle tant? Elle ne repondrait pas à une telle question, même si il lui posait, il savait aussi qu'il avait bien des chemins pour obtenir une réponse, des chemins dérober, des chemins de traverse...

"Et vous qu'elles sont les vrais raisons de votre présence ici, sur un balcon, dans une cape de grand prix avec pour seul compagnie le plus décadent des guerriers de toute cette galaxie? Les fruits de la cantine? J'en doute franchement..."

Il souria à sa dérnière réplique, avec un regard paternel pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 23 Fév - 0:59

Son souffle était maintenant lent et doux, sa cage thoracique soulevait tel un petit ballon le pelage du loup noir qui la recouvrait. Elle ouvrit à demi ses yeux histoire de croiser son acier à la terre de Garath. Il s’était installé près d’elle sur le point de descendre un ours tant il fut nerveux et craintif.

« Vous ne trouverez que des alliés dans cette cité croyez moi et même si vous me prenez pour une piètre combattante à l’épée j’ai d’autre capacités. »

Le centaurin lui sourit toujours silencieux à ses propos. Il semblait vraiment intrigué par ce que pouvait ressentir un terrien, ou plutôt une femme.

« Disons que comme tout dirigeant, tout leader ayant des hommes à sa tête et s’étant fait fracasser à l’épée… »

Elle partit dans un rire étouffé qui fit sursauter son voisin puis elle repris un rythme moins enjoué.

« Oui je disais donc, que nous sommes amenés à nous poser des question sur notre avenir »

Lena détourna sa tête croisant dans un face à face le regard fuyant de Garath.

« Vous savez comme moi que ces responsabilités sont lourdes à porter, et de votre position je dirais même cent fois plus pour une femme. »

Sa dernière réplique lui fit se triturer les lèvres dans un demi sourire honteux. Il roula les yeux avant de reporter son attention sur la jeune femme.

« Vous en avez des plus belles que moi j’en suis certaine, c’est tout à votre honneur, je m’excuse d’avance de ne pas être à la hauteur, je ne vivais pas avec des barbares à mes frontières. »

Le colonel se descendait seule, se réduisant à exister comme un simple corps sans aptitude particulière. Les remises en question étaient fréquentes lorsque le danger lui apparaissait à l’improviste. Elle n’aurait jamais la force, ni même le courage de Garath, elle en était loin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 23 Fév - 1:41

Il la regarda calmement, elle paraissait si fatigué, si épuisé. C'était bizzare, mais c'était la première moi fois, au mooment ou elle lui paressait le plus faible, qu'elle paressait être son égale. C'était curieux parce qu'il ne se voyait pas comme faible, non c'était le meilleur épée en en main, il était éxcelent, à la hache, à l'arc, à au marteau, etc... Mais cette sensibilité à demi-voilé que montré la jeune femme, semblait curieusement l'émouvoir et les mettre surr un plans d'égalité. Il la regarda, la douce et belle colonel, en d'autre temps c'était pas des discussions qu'il aurait eu avec elle, mais plutôt une discussion sur où? Quand? Et comment? Il la regarda et commenta silencieusement:

"Les alliés peuvent devennir des ennemis et les ennemis peuvent venir, toute fortresse de cristal à une faiblesse. Je suis bon guerrier, oui, mais j'ai vingt-sept ans, je suis veillissant pour un soldat, un jour un de mes ennemis plus jeune, seras plus fort ou plus vigoureux et me tueras. Quelle seras ma marque apposer à cette galaxie, des crimes de guerre, des actes de barbarie, pas de femme, pas d'enfants, une famille qui me renient..."

Il avait raison, il se faisait vieux, il commençait à le sentir le matin au réveil, il avait des courbatures. Le soir des langeurs dans les muscles, ses épées lui peser chaque années plus lourd dans les mains, il se faisait plus lent. Il allait déclinant comme le soleil qui se lever, puis se coucher, les heures passant, lui c'était les années qui lui pesait lourd. Desormais, si il se lançait dans une campagne militaire, comme il l'avait fait dans sa jeunesse, il n'aurait peut le faire, l'eau lui tombant dessus, lui aurait fait trop de combatture plus que de ce n'est supportable. La lame qu'il avait évité de justesse en plein coeur, aujourd'hui il la prendrait en plein coeur. Il regarda la jeune femme et dit:

"On à tous nos hauts et nos bas, des responsabilités, des années à supporter, un avenir douteux, on ne sait jamais, se que demain nous réserve. Et je ne vivais pas seulement avec des barbares à mes frontière, mais avec des barbares dans mes frontières. Une femme n'est pas moins apte à porter une épée que des résponsabilités, vous pouvez, vous battre et commandez, vous faite les deux très bien d'ailleurs. Mais on à tous nos faiblesses et nos limites..."
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Jeu 28 Fév - 22:11

« Vous désirez vraiment avoir des enfants ? »

Fit Lena d’un air narquois que l’on ne lui connaissait que très rarement. La jeune femme se blottit dans sa fourrure espérant que ses maux soient soignés par le grand air. Ses paupières étaient parcourues par de petites veines violettes qui soulevaient un niveau de fatigue conséquent. Ses phalanges craquèrent dans le rembourrage, elle fut reprise de quelques frissons.

« Moi aussi je me fait vieille, un petit couple de vieux n’est ce pas ?

Son regard si calme à la coutume aurait perturbé une armée entière, son esprit avait effacé les dernières marques de la bataille pourtant on pouvait lire dans son coeur un profond désarrois. Tel un guerrier sur le point de rentrer chez lui après des mois de campagne la jeune femme se releva cherchant un appui pour se relever et retrouver un équilibre acceptable. Le seul moyen de rester en vie dans ses cas la était d’aller nager, dans une eau fraîche de préférence afin de soulager sa nuque et ses articulations endolories. Sa tunique était trempée, ses cheveux frisaient légèrement dans son cou collant à une peau ambrée et moite parfumée par le sucre de son parfum.

« Je vous cède cette très jolie cape, j’ai besoin de nager un peu »

Cette dernière phrase sembla effrayer Garath, le colonel qui titubait se déroba plus loin vers le couloir central. A ses yeux elle ne devait probablement pas être en état de fusionner avec son élément préféré, on pouvait constater en touchant son front qu’elle était brûlante de fièvre et que ses mains étaient éprises de tremblements douteux.

« Bonne nuit !...Et merci »

Alors que la jeune femme disparaissait dans le noir, on décida de la suivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Jeu 28 Fév - 22:46

Il regarda la colonel à l'état de santé des plus douteux, il fit comme si la jeune femme l'avait dissuader de la suivre et rentra dans sa chambre par la porte du balcon, il ouvrit un ballot et en sortit une sacoche de cuir, c'était sa sacoche de premier secour, cataplasmes, onguets, sels, bandage, etc. Il avait tout dans cette sacoche, Garath était un homme prudent et dans le doute d'une attaque ou d'une bléssure, il avait toujour cette sacoche avec lui ou dans ses ballots pour se soigner en cas de probléme. Il la passa par dessus son épaule et fermit la fenêtre avant de quitter ses quartier sur les pas de son supèrieur hierarchique, il savait déjà ou elle allait et en plus sont parfum enfumé le couloir.
Ainsi le chasseur se mis sur les traces de sa proie, il faisait nuit, il n'y avait personne dans les couloirs, il n'y avait qu'une colonel bornée et malade. Il se laissa guider dans les couloir par le colonel, jusqu'à finir par la ratrapper, elle titubait et marchait maladroitement. Il la suivait discrètement, mais tenaillé par la fièvre, elle ne devrais pas être consciente de sa présance derrière elle. Il demeurait dans l'ombre, parfois pour préserver une once de lumière, il fallait apprendre à demeurer dans l'ombre. Elle se dirigea vers la salle de sport adjacente à la salle de piscine, la baignade n'était pas la meilleur des solutions en cas de fièvre, elle allait surtout apprendre la "brasse coulée" et allait rejoindre les poissons. Se qu'il adorait dans le concept de cette équioe dont on lui avait proposer de faire partie, c'était le fait de devoir protèger les membres de la dite équipe et apparament la colonel voulait le mettre à l'épreuve et lui prouvait que sont métier ne s'arrètait même pas quand à l'est le soleil était tombait...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Jeu 28 Fév - 23:33

Lena s’éclipsa rapidement portée par le côté hallucinogène que provoquait la fièvre. Les murs défilèrent jusqu'à ce qu’elle s’arrête en plein milieu d’une pièce sans demander son reste à quiconque.

A cette heure de la nuit on pouvait entendre un phénomène étrange qu’apparemment l’expédition n’avait pas remarqué. Mis à part les traditions des colons venant de toutes les galaxies, la nuit restait un moment calme où seul le silence régnait. Mais si vous aviez l’oreille fine, ou l’envie d’une petite course entre somnambules, vous pouviez entendre au détour d’un couloir une mélodie étouffée par l’écho, hachée par la pierre et contenue par les portes massives en bois. L’instrument à cordes diffusait des sonorités semblables à celles d’un clavecin Français de première date, d’une vielle harpe désaccordée, peut-être d’une boite à musique. Peu avant l’aube on notait la présence de cuivres, eux aussi effacés par le temps.

Allié à la faible luminosité de l’endroit, à sa grandeur, mais surtout à ses secrets, ce petit air glaçait le sang. Lena qui s’était remise en route s’avança près du bassin principal ou une cascade s’effilait sur des pierres taillées. La belle s’empressa de glisser le long de l’escalier et de s’enfoncer doucement dans le lagon déserté. Le corps flotta quelques instants en surface arpentant les bords grâce à la technique de la planche puis le Colonel disparut soudainement fuyant vers le néant ne laissant sur son passage qu’une chevelure fine et mirifique de petites bulles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Ven 29 Fév - 0:11

Il arrivait dans la piscine, la jeune femme ne plongea pas immediatement, mais quand elle plongea, elle coula à pique. Garath ne s'énerva pas et ne se hâta pas, il ota sa sacoche, sa cape, son fourreau dorsal et sa tunique, il le fit hativement, mais sans trop de peine, puis se laissa glisser dans l'eau. Il nagea jusqu'a elle, il ne nageait pas génialement, mais la belle colonel sans contenterais. Il la tira des fond et l'aida péniblement à remonter sur le bord, il commença ensuite à faire à lui envoyer de l'air dans les poumons et presser son ventre, le bouche à bouche n'était pas non plus son fort, quoi que sa réussis, elle cracha une filet d'eau. Elle était un peut évanouie, il tira une draperie pour la déposé dessus et déposa sa cape par dessus. Il prit un linge dans sacoche qu'il imbibe d'un liquide couleur lila sans odeur, qu'il déposa sur son front, il remit ensuite sa tunique et son fourreau avant d'utiliser un second linge pour en guise comme coussin de fortune. Il tira ensuite une petite fiole d'un liquide transparent à l'odeur puissante de vinaigre, il était utiliser pour réveiller les blésser évanouie ou les personnes endormies. Il se glissa un genoux à terre prêt d'elle tenant une de ses mains dans les sienne et lui dit:
"Réveillez-vous, Colonel, vous-avez manquez de vous noyez et vous êtes brûlante de fièvre, reveillez-vous... Je "

Il maintenu son emprise sur la main de la colonel, sa main était brûlante la meilleur solution de faire tomber la fièvre était un bon de se débarrasser de la cape, bien-sùr, mais pour l'instant il fallait qu'elle se séche pour qu'elle ne se grippe pas dans les jours prochains. En plus en passant du chaud au froid aussi subitement, comme cela était des plus dangereux... Il decida de maintenir la fièvre en l'état pour l'instant de surcroît dans certain cas, le fait de maintenir une personne fiévreuse à haute températeur pouvait avoir des éffets bénéfiques...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Ven 29 Fév - 12:15

Un silence tomba sur la pièce et les deux amis, les cristaux fluorescents ne brillèrent plus et la rosée se ferait sentir dans quelques heures. Pendant que Garath s’affairait à maintenir Lena dans un état stable, la cascade continuait son évasion disparaissant dans les profondeurs du bassin. Les lèvres du colonel étaient bleuies par le changement soudain de température, sa nuque ne lui faisait plus mal, ni même son dos. Bien que son état paraisse critique elle avait réussit à se libérer de quelques maux. Sa fièvre campait encore sur son front et sur son torse, les variations de la mercenaire hérissait le duvet de ses bras et la fit vite ressuer.


A demi inconsciente elle sentit une main l’agripper, elle n’avait aucun souvenir de son escapade aquatique, allongée sur le sol cape sur le corps, Lena distingua une voix qui sortait de l’irréel. Comme lorsqu’elle était sujette à un sommeil peu profond, ce tiraillement perturba ses rêves l’arrachant de la réalité et la rejetant dans tourbillon fantastique. Webster finit par distinguer clairement la présence de Garath à ses côtés ainsi que sa position peu adéquate.

"Vous.. ?"

Il l’avait droguée ou bien avait t-il réussit à la tuer dans son sommeil ? Lena décola ses paupières scrutant son environnement, Le centaurin était inquiet et tripotait des fioles de toutes les couleurs. Elle plissa une nouvelle fois les yeux et ajusta sa vision par quelques battements de cils. La salle était emplie d’une douceur peu commune, d’une ambiance de fête… Au beau mileu de la nuit ?



*Qu’est que c’est que ça…*

Son visage pris une expression d’étonnement qui fit pâlir Garath, la salle des bassin était bouleversée par une danse de spectres plus ou moins lumineux, tous fêtant, dansant chantant. Webster reconnu la mélodie qui perçait le monde des vivants, elle était distincte maintenant.

free music


Ce peuple d’autrefois festoyait tranquillement parmi les corps des mortels. Ils ne semblèrent pas inquiéter le Centaurin qui avait toujours son attention portée sur la jeune femme. Autour d’eux s’étaient massés quelques enfants aux sourires éclatants mais préoccupants. Leurs yeux roulaient de droite à gauche cherchant à déterminer ce qui pouvait bien arriver au colonel. Chacun avait revêtit un habit traditionnel, un de ceux que l’on pouvait retrouver dans les gravures laissées par les ancêtres. Le bassin était devenu un parquet luisant et les cristaux rangés dans un ordre précis donnaient à la fête un petit air extatique.

« Oh mon……Vous les voyez ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Ven 29 Fév - 20:13

La jeune femme repprenait pied peut à peut, mais elle semblait halluciner, elle voyait des gens ou des choses, alors que la pièce était vide et que la sule chose qu'il avait vue était une tenue des plus iindécente. Une tenue plaisante pour un homme, mais de quoi faire roussir les joues d'une jeune et jolie femme. Il sourit et commenta silencieusement:

"La seule chose que j'ai vue ses c'est vous dans une tenue des plus indécente, quoi que plaisante au regard... Vous devez halluciné à cause de la fièvre, si vous pouvez marchez je vous accompagnerais jusqu'à votre chambre chambre et je regarderais si votre fièvre dépasse ma science médicale, sinon, j'apellerais un de vos medecins... Les bains pour faire tombé la fièvre c'est un très bonne idée, mais un peu risquez non?..."

Il la regarda, suite à des bléssure au combat il avait vue beaucoup de ses hommes avoir une fièvre infectieuse, des hallucinations dut à la fièvre et être incapable de marcher à cause de l'étourdissement. Il deviner rien qu'en la regardant qu'elle ne pouvait pas se lever, quand à son choix de ne pas apeller immédiatement un médecin c'était typique des centaurins fier et valeureux et des guerriers, il ne voulait pas qu'elle soit vue diminuer devant des subordonnés. Lui avait connut la situation à chacune de ses bléssures, il faisait en sorte que le strict minimum de ses hommes soit au courant et d'aucun ne l'approche, sauf si sa vie en dépendait. Il voulait en somme préserver la dignité du colonel, mis à mal par se plongeon dans une tenue nocturne des plus lègére. Il remballa sa sacoche et la passa allégrement sur son épaule, ainsi avant même que la jeune femme puisse répondre, il souleva le corp léger de la jeune femme en commentant:

"Vous êtes plus lourde qu'il n'y parait, et puis toute mouillé, c'est la deuxième fois que vous trempé ma cape... Après se bain, vous comprendrez peut-être pourquoi j'aime si peu l'eau et puis au palet sa ne vos pas un bon vin..."

Un peu sourire en coin, s'il voulait préserver sa la dignité du colonel, il ne voulait en tout pas l'épargner et lui rappellerait souvent cet incident pour qu'elle apprene que l'eau est dangereuse, lui préfèraient encore traverser une maison en feu pour s'amuser et il l'avait fait plusieurs fois, mais une poutre sur la tête lui avait fait prendre conscience que sans eau, il aurait fini bien cuit des deux côtés. Mais il n'aimait toujours pas l'eau, il n'avait pas eu l'occasion de se prouver qu'il pouvait traverser le brasier à cause de l'élément liquide, les Lacaons avaient des occupations bizzare, il était vrai. Il s'engagea dans le couloir la femme dans les bras toujours enroulé dans cape pour la réchauffé...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Ven 29 Fév - 20:48

Garath profitait de la situation du mieux qu’il pouvait, il ne fallai jamais en position de faiblesse avec lui. Lena qui profitait des bras de son chevalier perdit la notion de l’espace mais sûrement pas toute sa lucidité. Elle voyait bel et bien tout un peuple habiter les couloirs de la cité, cela commençait avec les salles de fête et se terminait en discussions sur la pluie et le beau temps le commerce. Les gens semblaient ne pas se soucier des mortels, leurs corps transparents illuminaient les lieux. Sur les murs les torches médiévales étaient toujours bien en point, elles créaient une petite atmosphère chaleureuse ressemblant beaucoup à celle des salons d’autrefois. Les femmes ajustaient leurs coiffures, les hommes tiraient délicatement sur leur barbe et ceux qui restait des enfants courait dans tous les sens. La cité avait une double vie, le jour habitée par l’expédition et la nuit par les âmes et le souvenir des anciens. Ils se présentaient d’une façon ultra rudimentaire bien plus que leurs congénères de pégase. Personne ne semblait se soucier d’une quelconque bataille et encore moins de la présence des humains. Webster cru mourir de peur, elle ne savait pas à quoi se fier et son cœur tangua douloureusement.

« Posez moi vite, maintenant, je vais faire une crise… »

Une crise cardiaque ? De nerfs ? De Fatigue ? L’ambiguïté de ses dires fit stopper net le Centaurin qui la déposa contre le mur. Lena fixa de deux grands yeux ronds ce qui se tramait autour d’elle, et son regard était trop soutenu pour qu’il soit guidé par une hallucination. Elle réagissait à la lumière, ses réflexes étaient parfaits. Elle ne rêvait pas, ils existaient vraiment.

« Garath, je me sens mieux est-ce que vous les voyez par pitié dites moi que oui ! Et je vous en prie ne profitez pas de la situation »

Sa réponse confirma qu’elle avait l’esprit sain, une nouvelle fois un attroupement se fit autour du colonel. Une dame brune drapée de blanc se démarqua de ses congénères et la fixa plus intensément.

- « Vous vous en sortirez, heureusement d’ailleurs, nous n’aurions jamais pu intervenir sinon. Lena ne me regardez pas comme ça, je ne vous veux aucun mal… »

Lena regarda Garath puis revint sur l’ancienne, elle fit le mouvement de nombreuses fois afin d’insister sur sa présence.

- « Je suis Trida et voici Malan mon fil ! »

- « Bonjour madame »

Le ton de l’enfant était attendrissant, il devait avoir à peine cinq ans et se comportait déjà comme un grand. Sa mère lui avait donné toutes les qualités physiques et mentales d’un vrai conquérant.

- « Lui il ne peut nous voir rassurez vous, du moins pas pour le moment, seule l’élue peut communiquer avec l' Au-delà . »

- « Wow doucement l’élue, je suis un simple colonel ! Pas un super héros ! »

- « Nous pensons que grâce à vous nous pourrons mettre fin à la domination des adorateurs, vous avez un don Elena ! »

Garath était au bord lui aussi d’une crise, mais d’angoisse cette fois-ci. Les spectres produisaient une réaction étrange qui avait le pouvoir d’oppresser n’importe qui. Chez le guerrier cela se traduisait par un très mauvais pressentiment et un pincement au cœur, une sorte de malaise. C’était d’ailleurs ce qui avait attiré Webster hors de sa chambre. Ils avaient la capacité de vous décontenancer complètement, cela devait être le fait exceptionnel que deux mondes se rencontrent. Le Centaurin lui aussi du se caler contre le mur sentant une suée et une nausée monter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Ven 29 Fév - 23:35

Garath après avoir était de profiteur, bien mal à propos et avoir déposé Lena au sol, il se sentit mal à l'aise tout d'abord comme observer, comme entouré par quelques personnes inconnus que se soit, il commença ensuite à avoir une sorte de malaise. Un étourdissement le regard voilé, il sentait son cœur commencer pincer et relâcher, il suffoqua glissa au sol, la main pressant sa tunique de cuir au niveau du cœur. Il était à genoux, il eut du mal a se remettre et commença peut à peut, reprendre son souffle, il se releva difficilement et dit d'une voix haletante tirant sont épée:

"Par tout les dieux et leurs catins, j'ai bien que j'y passé, qu'est-ce qui se passe ici, je croyais qu'on était en sécurité dans cette base, c'est vite dit..."

Il savait que son épée ne marchait pas contre les forces invisibles et autre truc pas très catholique, mais sa le rassurer de l'avoir en main. Il tenait donc son épée tournant plusieurs fois sur lui cherchant l'ennemi:

"Bon, comme vous dite, vous autre terrien, c'est le moment de me brifer, orienter moi contre le danger ou dite moi se qui à failli me plomber, il y a trente seconde, j'aime bien l'aventure, mais il y a des limites..."

Il fit rouler son épée en plusieurs moulinet avant de tiré la seconde, il n'avait jamais autant était sur ses gardes, même quand il avait eu à affronter des Wraiths, au moins eux ils les voyaient et leurs armes ne lui provoquer pas de crise cardiaque. Il était des plus tendus et avait un mauvais pressentiment dans les romans d'aventure, les mauvais choses arrivées maintenant, quand le surnaturel arrive dans l'histoire, quand le réel croise l'irréel. De plus même s'il n'avait jamais était un grand croyant, il n'aimer pas les choses qui ressembler aux démons ou aux fantômes, de plus il était allé si peut dans les temples que les dieux ne devait pas vouloir l'aider...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 1 Mar - 2:05

« Cessez de bouger Garath vous vous fatiguez, leur présence nous tue doucement. »

A petit feu en effet. Les deux être étaient consumés par la présence des spectres bien qu’ils se soient présentés comme inoffensifs. Lena crachota souvent sans pour le moment perdre de sang, elle en avait le goût au fond de la gorge cependant.

- « Ce sont nos deux mondes qui entrent en contact, cela vous cause quelques problèmes on dirait. »

- « Votre perspicacité m’éblouit ! Il faudrait peut-être songer à nous laisser en paix maintenant, laisser la place aux vivants… »

- « Je dois rester, vous avez un don Lena »

- « Trida je vous en prie, laissez le en paix il n’est pas concerné »

Lena tenta d’attraper une dague de Garath qui dépassait du barda. Bien que le fantôme se présente comme une âme amicale, ses yeux en disaient long sur ce qu’elle projetait de faire. Le Centaurin lui, était comme aliéné incapable de prononcer un mot il tournoyait dans tous les sens afin de parer à une attaque sournoise. Le colonel se sentait abandonné, le plan d’existence de Trida semblait inaccessible. L’ancienne ou du moins ce qui semblait l’être insista plusieurs fois se rapprochant de Webster.

- « Ne résistez pas vous être notre seul moyen de survivre… Vous êtes l’élue »

- « Puisque que je vous dis que je ne suis qu’un simple colonel »

- « NE REGNIEZ PAS VOTRE DESTIN ! »

Sa voix plaqua la jeune femme contre le mur lui faisant goûter à une brise malodorante, mélange de terre fraîche et de reliques en décomposition. Trida revint calmement à la raison et lui sourit trop tendrement à son goût. Autour d’eux la foule continuait de discuter et de danser sans se préoccuper des mortels.

- « Doucement, doucement je ne voulais pas… »

- « Me désobéir je sais ! »

- « Je ne crois pas dépendre de votre autorité Trida ! »

- « Vous êtes notre lumière le seul moyen pour nous de… »

- « Poursuivez… »

- « Vous êtes une vraie tête de mule ! C’est incroyable tout de même ! Nous vous avons offert le PRIVILEGE DE CHANGER LA FACE DE LA GALAXIE ET DE L’UNIVERS POURQUOI VOUS DEFILEZ VOUS ?

Bien que la force soit immatérielle, la pression sur le corps du Colonel se fit grandissante. Elle passa du simple petit évanouissement à des palpitations dangereusement rapides. Lena suffoquait à la mesure des excès de Trida, elle agrippa sa poitrine croyant que son cœur allait exploser.

- « Fichez moi la paix, dégagez de là vous me faites mal ! »

- « Et ce n’est qu’un début, je pensais pouvoir vous convaincre, mais votre race ne devrait même pas exister, vous aller payer pour votre insolence ! »

Cette dernière phrase révéla la hargne que la jeune femme portait dans son regard. Bien qu’elle soit dite dans le plus grand calme, elle fut comprise comme une application d’un vieil adage ‘Le calme avant la tempête’. Trida disparut ainsi que sa troupe de manants, son fils esquissa une mimique sadique puis rejoignit ses pères. Alors que l’emprise sembla se délier des deux êtres, une masse réapparut dans un éclair reluisant. L’ancienne revint soudain à la charge ayant cette fois-ci changé de masque pour révéler sa vraie nature. On aurait un cadavre défiguré par une décomposition avancée, ses cheveux se comptaient sur les doigts de la main et cette odeur d’ammoniaque de souffre et de terreau revint plus puissante que jamais. Le colonel envoya sa dague dans le corps de Trida avant de se sentir brusquement immobilisée.

- « PUISQUE VOUS NE SOUHAITEZ PAS COOPÉRER VOUS ALLEZ PERIR ! »

Le bras armé du spectre transperça Lena lui infligeant une blessure conséquente. Son sang coula abondamment le long de sa poitrine tachant sa petite tunique de toile. Une lumière noire se mêla à l’énergie vitale complètement absorbée par l’opération. Lena paniquée incapable de se mouvoir s’étouffait criant de toutes ses forces, appelant de l’aide, cherchant Garath des yeux. Sa vue se troubla et sa chaleur quitta peu à peu sa chaire. Alors que sa vie allait être dérobée, soumise à la force de l’être supérieur une réaction inattendue brisa la cérémonie.
Les yeux d’Elena s’ouvrirent soudainement emplis d’une lumière blanche pénétrante, Trida eut un mouvement de recul justifié, puisque que le colonel se rebellait de façon efficace. La jeune femme commença à libérer une sorte de flux étrange, une force visible indescriptible, sorte de champs de force transparent. La puissance qui s’émanait de Lena état en pleine croissance et alors que le spectre semblait prendre la fuite, elle arriva à son paroxysme prenant la forme d’une détonation aveuglante et assourdissante qui balaya le secteur à plus de deux cent mètres. Trida fut immédiatement désintégrée communiquant sa souffrance par une série de cris horrifiants. Quant au reste des spectres, il se détourna enfin vers le colonel et son compagnon montrant un nouvel intérêt tout particulier à leurs pauvres vies. Garath qui avait été plaqué au sol par l’impulsion pouvait enfin voir clairement de quoi il retournait, bien qu’il ait aperçut Trida en action il n’avait pas mesuré l’ampleur du phénomène. Quant au colonel elle resta inconsciente plaie béante et filet de sang à la commissure des lèvres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 1 Mar - 14:33

Garath fut projeter à terre ses épées glissèrent jusque qu'au pied du mur derrière lui, il avait les idées un peu confuse, Lena aux yeux aussi blanc comme les neiges éternelles des Monts du Nord de Centauris et aussi lumineux que le Soleil au levé, des personnes qui n'était pas la et qui apparaissait, mais qui avait à son avis rien à faire ici, sa dague que Lena lui avait emprunter au cours d'un combat contre ses forces surnaturel... Il avait les idées un peu embrouillées et santé un mal de crâne se proliférait, il glissa machinalement la main vers l'arrière de son crâne ou il était lourdement tombé, un mince filet de sang, rien de grave, c'était bénin, mais la blessure lui ferait mal pendant une bonne semaine, de quoi se souvenir pour quelque temps de cette soirée. Il avait les idées embrouillées certes, mais pas assez pour perdre le Nord et se précipita sur ses épées, dont il se saisit, il rengaina la gauche avant de s'avancer un peu en direction de Lena et de ramasser sa dague qu'il rengaina aussi, il ne voyait pas encore sa blessure, d'où le peu d'empressement qu'il manifester pour s'approcher de la jeune femme et commenta en se massant l'arrière du crâne ou le sang commencer déjà à coaguler, il comment amèrement:

"Pourquoi faut toujours que je me mêle des affaires autres que les miennes, je ne peut pas me contenter de mes propres problèmes, non?..."

Garath sourit amèrement, mais déglutit rapidement en voyant la blessure de Lena, il tomba à genoux à côté d'elle et commença déjà à fouiller sa sacoche. Il sortit une bouteille d'alcool un premier bandage, qu'il ne déplia pas et un second, il imbiba le premier d'alcool précipitamment, mais d'un geste assuré, il écarta les de Lena pour appliquer le bandage alcoolisé. Ensuite à l'aide du second bandage soulevant à plusieurs reprises le corps inerte, il commença à bander la plaie maintenant le bandage mouillé d'alcool en place barrant la plaie. Il savait déjà que sa dépasser de beaucoup sa science médical, il n'avait aucune chance de la soigner et ne pouvait la déplacer pour cherche un médecin de la Base, de plus il ne pouvait pas la laisser seule. Et bientôt les présences qu'il avait plutôt sentit réapparurent, il se retourna tirant les épées l'air farouche et l'arme au poing en position de combat, prêt à attaquer et à riposter. Il les regarda eux qui semblait mené leurs vies tranquillement et ne pas se soucier de leur monde, il leur dit d'un ton acerbe et fort:

"Que lui avez-vous fait, démon que vous êtes, je n'ai pas peur de vous et mes lames sont affutés, même si elle ne vous blessent pas..."

Peur, il avait eu peur d'eux, c'était un fait, quand ils étaient invisibles, mais là il les voyait et ils ne lui faisaient plus peur, même si il avait l'impression qu'il n'était pas là tellement leur image altèrner avec le vide, le néant, même si sont combat contre eux était perdus d'avance, c'est être ne semblait pas pouvoir être atteint par le simple métal, il fallait des compétences que lui n'avait pas et la seule "sorcière" de sa connaissance n'était pas dans sa meilleur forme actuellement. Garath en repensant à cela se demanda se qu'avait fait Lena et si c'était le moment idéal pour faire de l'humour. En même temps, il se souvenait durant certaine campagne avoir fait de l'humour dans des situations plus ou moins douteuse, comme l'était son humour...
Revenir en haut Aller en bas
Maître du jeu
Maître du jeu
Maître du jeu
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 1 Mar - 17:32

Le silence qui régnait après l’impulsion était des plus perturbants. La désintégration de Trida avait laissé dans la pièce une multitude de petits éclats argentés qui terminaient encore leur course dans l’air empoisonné. Lena était toujours inconsciente, Garath lui s’était relevé pour la soigner bien que ses tentatives paraissent de prime abord inutiles. Le colonel était sans vie, froide comme la nuit, libérée de son corps et de son existence humaine. Sa vie aura été des plus courtes et des plus banales. Une mort étrange, dans une base alliée, la mort qu’elle détestait le plus ,celle qui ne sauverait personne, celle qui ne protègerait personne. Webster aurait aimé mourir en service sur le champ de bataille, une mort rapide sans douleur, une mort vaillante. Elle en était réduite à avoir succombé à une crise cardiaque provoquée par une entité hostile et lamentablement douée. Le Centaurin était penché sur la jeune femme commençant à croire qu’elle ne répondrait plus jamais à ses galéjades. Alors que leur destin semblait s’achever ici dans la galaxie du centaure, le groupe d’anciens qui avait été révélé durant l’onde de choc revint à la charge se présentant cette fois-ci plus proche que jamais des deux personnes. Un homme âgé s’avança se démarquant de ses semblables, il était vêtu d’une tunique blanche éclatante, portait une longue barbe de la même couleur et avait des yeux aussi bleus que les lagons du pacifique. Il leva sa main droite au ciel comme pour implorer un pardon puis fixa son attention sur le chevalier.

- « Vous ne la sauverez pas comme ça mon ami, posez vos armes et écoutez plutôt ce que nous avons à vous dire. »

Sa voix grave et autoritaire annonça la couleur, cet homme émergeait du lot d’une manière très particulière. Sur une de ses phalanges, il portait une chevalière avec les insignes de Centauris mêlées à un taureau ailé. Ce signe distinctif attira l’attention de Garath.Qui pouvait-il être et pourquoi lui avoir infligé tant de maux ? Son calme et sa maîtrise de l’art oratoire tenaient à distance ses comparses. Il reprit sa conversation,ou du moins son monologue.

- « Elena Katarina Webster, ou l’étoile du nord comme vous l’appelez dans vos contrées , est destinée à faire de grandes choses, elle nous a montré aujourd’hui que ses capacités sont à la mesure de nos attentes. »

L’étoile du nord était une déesse protectrice adorée par les Centaurin mais aussi par la plupart des peuples de la galaxie du Centaure. C’est elle que l’on implorait aux naissances pour guider les nouveaux nés dans une vie sans embûche, dans les moments de peine pour se donner du courage et dans le deuil afin de mener l’âme vers un paradis tranquille. C’était surtout elle qui d’après la prophétie sauverait les terres bénies des dieux et rayerait de la surface de la galaxie les démons maléfiques en donnant sa vie au combat.

- « Je vous rassure l’accomplissement de la prophétie ne fait que commencer. Nous surveillons de très près l’étoile afin qu’elle ne faiblisse pas, mais vous savez qu’il existe toujours des obstacles plus ou moins contraignants. Trida a été exclue de nos rangs pour avoir tenté de prendre le pouvoir, le seul moyen de nous vaincre était d’absorber les facultés de votre Lena et de nous les opposer. Cependant l’Ame de notre étoile est pure et elle s’est retournée contre la menace afin de la détruire une fois pour toutes. »

Il semblait parler de la terrienne comme d’une sainte et il avait raison en quelque sorte. Pour Garath l’étoile du Nord en plus d’être la protectrice d’un peuple, défendait les intérêts des guerriers et protégeait leurs âmes de la destruction. Le centaurin regarda de nombreuses fois le corps sans vie du colonel, il n’arriverait pas à se faire à l’idée qu’elle pouvait être une entité divine.

- « Cependant il persiste un problème de taille que seul vous pouvez résoudre. Il faut que Lena vive pour que l’étoile brille de nouveau dans l'esprit de vos peuples. Elle doit jouir d’une existence mortelle avant de s’élever et de nous délivrer. Votre médecine n’y fera rien pas même la leur, les sortilèges et les enchantements tribaux non plus. C’est votre cœur Garath Nohlan qui redonnera son éclat à notre astre chérit, c’est la pureté de votre âme qui la ramènera au près des vôtres. Nous savons que vos intentions son éthérées, qu’elle sont dignes des plus grands. Mes compagnons et moi-même vous confions la tache de rallumer la flamme qui brillait en elle et de la porter jusqu’au bout afin qu’elle mène à bien ses projets. A son réveil elle ne se souviendra de rien mis à part d’avoir développé une capacité bien plus grande et plus riche qu’elle ne l’espérait. Vos existences sont liées que vous le vouliez ou non, ainsi en a décidé votre fatum. Ne nous décevez pas guerrier Centaurin, ne décevez pas votre lignée, votre peuple, ni même votre grand père... »

L’attroupement disparu dans un nuage clair et puissant rendant au couloir son atmosphère paisible et tranquille. Les flammes des torches furent léchées par un vent frais et la mélodie festive revint enter les portraits accrochés aux murs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 1 Mar - 18:48

Il avait écoutez toute la tirade les épées en mains, resserrant à chaque mots l'encrage sur les poignées de ses épées, sentant ses veines - mut par l'énervement de la situation et l'excitation de tuer un de ceux qui avait tuer Lena - battre la chamade contre les pommeaux, sa tempe aussi battée la chamade. Il regarda calmement les fantômes disparaître, leurs destins liés,... Il avait du mal à tout comprendre le reste du charabia, le destin, les dieux, il ne croyait pas à se genre de fadaise, y aurait-il crut que sa n'aurait rien changer, il demeura silencieux à l'affut du danger avant de relever la jeune femme morte et de l'asseoir contre un mur. Il rengaina ses deux épées et commença a faire les cents pas devant le corps inerte de la jeune femme, il replaça sa cape noir sur elle et la regarda, puis lui cria d'une voix forte en la secouant:

"Vous allez, vous réveillez bons sang..."

Première expérience ratée, sa c'était fait, il replaça droitement le corps de la jeune fille et commença pendant prêt d'une heure à tout tenter pour la réveiller. Il la menaça, lui cria dessus, lui conta les milles raisons de vivre, il lui tapota même les joues avant de la gifler,... Il faisait les cents pas rageur en comptant pourquoi elle ne devait pas mourir et dit d'un des plus las d'entre tout:

"...Restez en vie, pour moi... Je ne veux pas que vous mourriez, j'ai besoin de vous..."

Il vint s'asseoir à côté d'elle et se détendit, comme il le pouvait, il allongea la tête du colonel sur ses cuisses, même dans la mort, elle rester belle, il écarta les cheveux de son visage et la regarda , elle avait les yeux fermés, elle semblait endormit, comme reposer. Mais lui n'avait pas de repos.

"Vous comptez beaucoup pour moi, vous êtes la première femme à vraiment compter pour. Je voudrais pouvoir échanger nos places, j'ai éviter tant de dagues et d'épées dans ma vie, il serait normal que je ne sois plus vivant, mais vous non. Si les dieux existent vraiment quels jeux cruels attendent-ils de moi, me voirent survivre pour voir la chose la plus précieuse à mes yeux m'être enlever sans que je ne puisse rien y faire... Pourquoi? C'était mon amie. C'était la seule femme que je n'ai jamais songer à aimer... Je l'aimais..."

Il se pencha silencieusement un larme roulant au cœur de la joue et les lèvre en avant aposa les siennes sur celle de Lena encore presque chaude. C'était un instant de grande tristesse, il l'embrassa plein de fougue, plein de passion, cette minute sembla plus longue que l'heure qu'il avait perdu à tenter de la réveiller. Il avait eut nombre de compagnes, mais c'était la première qu'il avait aimer, la première et la dernière. La mort les avaient séparées et c'était un pont bien plus vaste que tous ceux qu'il avait franchis, il avait passer la porte bien des fois, mais aucune porte ne le conduirais au-delà des rivages éternel, de la mer de saphir et des prairies d'émeraudes. Il aurait tout donner pour la suivre pour l'accompagner et marcher à ses côtés...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 1 Mar - 19:28

Alors que Garath se détacha non sans douleur des lèvres sucrées de Lena, deux larmes de cristal coulèrent le long des joues de la jeune femme avant de s’évanouir dans l’air. Leur échange, celui qu’attendaient les dieux ou plutôt les anciens avait été accomplit. Les destins des deux être furent celles à jamais, l’un dépendant de l’autre, l’un ne pouvant vivre sans l’autre, une vie contre une autre ou plutôt deux vies ensembles pour un avenir qui n’était désormais plus incertain. Une lumière éblouissante commença à embrasser le corps de Lena et alla chercher d’abord quelques mèches puis Garath tout entier. Le flot lumineux entoura les deux êtres décuplant la force de l’instant. Deux yeux d’un bleu prodigieux s’ouvrirent alors sur le Centaurin, une chaleur l’envahit, puis quelques mouvements discrets animèrent la jeune femme. Lena prit une grande inspiration gonflant ces poumons d’un air maintenant pur noyant le chagrin de son compagnon. Son torse se bomba pénétré par le halo divin puis retomba lentement sur les cuisses de Garath. Ses doigts crispés grattèrent le sol cherchant une prise solide.

Elle vivait, Elena vivait de nouveau, jouissant d’un niveau d’existence authentique. La nuit ne serait plus hypothétique pour quiconque car la voie était libre. La passion du Centaurin avait ravivé la flamme éternelle d’une Etoile mourante. Rien ne pourrait la défier ni même l’éclipser. Ils eurent d’abord froid tous les deux puis communièrent laissant leurs esprits s’embraser, danser et se mélanger.

Une nouvelle aventure était en marche, un nouveau but bien au-delà du bonheur. Garath vit alors les pleines immenses de son pays, les temples des dieux, l’acclamation de tout un peuple et la fin des vicissitudes. L’homme aperçut les pétales de rose volant par delà les mers, la robe blanche des jeunes filles d’honneur, il entendit les hymnes d’autrefois, sentit la douceur de l’herbe et du vent. Il y vit aussi Lena, ou d’une moins une représentation approximative, un colonel guerrier portant une armure traditionnelle, les cheveux longs traînant sous une coiffe d’argent et de pierres précieuses. Armes au poing elle était la, l’air serein, les voiles blancs de Menorah entourant son apparition.

Qu’adviendrait-ils d’elle, et de ce qui semblait ressembler à une armée, qu’adviendrait-il d’eux, et de cet amour que Garath voulait tant partager. Comment reviendrait-elle ? Est-ce qu’elle le reconnaîtrait ? Nul ne le savait. Webster posa une main divine sur la joue de son amant et sans un mot lui fit comprendre qu’elle était bel et bien de nouveau avec lui. La lumière revint à celle des torches et la déité s’en alla, laissant à Elena le seul pourvoir de son corps. La belle déglutit lentement, la gorge brûlante et les joues rosies. Elle admira la proximité qui s’était établie entre les deux êtres et tenta de comprendre.


« Une simple fièvre dis moi ? Ou j’ai rêvé ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 1 Mar - 20:00

Le Centaurin regarda la scène revoyant les jours de bonheur qui viendrait sur son pays, sa réapparition, dans une lumière déictique, dans la chaleur et la grandeur... Il demeura silencieux quelques instants après la réapparition de sa bien-aimée, il lui sourit paisiblement et commenta silencieusement:

"Après un bain dans l'eau glacée, la fièvre vous savez sa vous donne des hallucinations pas possible, on pourrais presque se croire capable de désintégrer ses ennemis, je me souviens, d'une mauvaise fièvre ou je me suis attaqué seul à une armée, le pire étant que j'ai gagné, les fantômes de cette bataille hante mes pas dés qu'on me cri mon nom ainsi prononcé: "Garath l'Invincible"..."

Il eut un petit sourire de charmeur légèrement narquois, il venait en plus de lui narrer un beaubard de lui cité la désintégration et de fantôme dans le dit "beaubard", se qui était plutôt culotté même de la par du vieux baroudeur et vétéran Centaurin. Il la serra dans ses bras toujours allonger avec lui en guise de coussin, pour expliquer cette position, il avait encore bien-sûr une explication, mais encore pire que la première il la réserva quelques instants et en se relevant, il commenta silencieusement:

"Au plus fort du délire vous avez fait une crise et vous vous êtes plus ou moins évanouie, je vous assis contre le mur et comme j'avais froid et que vous aviez ma cape, j'ai décidé d'utiliser le plus vieux mode de réchauffement du monde, la chaleur du monde, en ne profitant qu'un minimum de vous, comme vous l'aviez demandé, je peux être très docile et obéissant quand je veux vous voyez..."

Cette explication était encore plus ridicule que la première, mais face aux phénomènes paranormaux, il préféré faire profil bas, ainsi il ne préféraient rien lui dire avait de savoir se qu'elle pensait savoir et se qu'elle savait et encore moins lui dire qu'elle était une sorte de sorcière. De plus les fantômes ne lui avait rien dit de se qu'elle devait savoir et de se qu'il devait lui dire, juste de se qu'il devait faire, la soutenir, il ne l'abandonnerait pas c'était un fait, mais autant lui mentirent pour l'instant. Et pour mentirent agréablement bien, il mima un grelottement magistral et ajouta d'une voix mi-figue, mi-raisin:

"D'ailleur si vous pouviez me rendre ma Cape si possible... Et pas avant l'an prochain..."

Il se détourna pour retenir sous rire, se rendant compte du ridicule de la situation, si il l'avait vue à la troisième personne, heuresement qu'il ne voyait pas les choses de l'extérieur...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 1 Mar - 22:56

"La cape me plait bien pourtant !"

Elena comprenait difficilement ce qui venait de lui arrivait, elle sourit à Garath notant qu’il était d’une humeur toute particulière. Elle n’était plus malade, ne se sentit plus oppressée et pourtant quelque chose en elle avait changé. La jeune femme avait du mal à distinguer ce qui avait été transformé mais cela avait pris effet c’était indéniable. Elle avait écouté les histoires de Garath, sur ces hallucinations durant les batailles, c’est ce qu’elle craignait le plus perdre le contrôle de soi en pleine action. Lena se releva avec l’aide de son compagnon et apprécia qu’il la soutienne quelques instants. Le colonel passa sa main sur sa nuque et fit claquer sa langue plusieurs fois sur son palet. Sa bouche avait un goût de miel mêlé à celui des baies des marrais, le tout créant un mélange savoureux et fort. Lena se demandait comment elle pouvait avoir de telles saveurs à l’esprit. Elle ne se doutait pas qu’elles résultaient du partage accompli avec Garath. La jeune femme se résigna à penser que le Centaurin lui avait fait boire une potion locale. Il semblait gêné, incertain de ses propos, il tâtait sans cesse le terrain cherchant à savoir ce dont Lena se souvenait.

« Il y à une chose dont vous voudriez me parler en particulier ? »

L’homme fit basculer sa tête ouvrant grand les yeux le tout d’une façon exagérée histoire de lui annoncer qu’il en avait gros sur le cœur. Sa parade fit sourire le colonel, son rire emplit le couloir ce qui lui valut une réciprocité chez le centaurin. Elle pensait qu’il avait du la voir de la pire des façons qui soit.

« Quoi ? Qu’est-ce que j’ai fais ? »

Il se tenait la faisant les cent pas, mains sur les hanches ruminant seul en dialecte local. La situation était assez comique, on aurait dit qu’il extériorisait un surplus de stress et de contrariétés intenses. Lena se méfia du personnage sachant pertinemment d’une boutade n’était jamais loin. Mais là c’était différent, il était nerveux certes, mais comme un jeune premier, un adolescent timide cherchant la phrase exacte, le mot qui n’offense pas. C’était assez étrange d’ailleurs, surtout de la part de Garath, lui expliquerait-il un jour ?

* Garath si tu as quelque chose à me dire c’est maintenant !*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Sam 1 Mar - 23:48

Garath était vraiment totalement et définitivement exaspérer et lasser par Lena, il avait crut qu'elle allait mourir, il avait cru ne plus jamais la voir et pourtant, elle était là maintenant, aussi exaspérante qu'exubérantes, il se dit qu'on devait beaucoup moins bien parler une dague en travers de la gorge et glissa sa main jusqu'à son fourreau dorsal, main qu'il ne retint que miraculeusement. Il avait toujours détesté les mensonges, mais le tout venant, il se faisait qu'il avait souvent menti avec ses précédente amante, il n'avait pas partager un lit, mais un baiser, sa lui suffisait pour lui motivé. Il fit les comptes et réfléchit, en allant et venant avant de trouver le mensonge parfait et le sans dramatique du comédien, il s'arrêta devant elle et lui répondit silencieusement:

"Bon, comme vous voulez vraiment savoir, je vais vous le dire tout d'abord vous vous êtes mise nue à courir et à danser dans le couloir, la danse était pas des plus agréable vous aviez des vertiges du à la fièvre, mais plus d'un aurait payer pour le spectacle. Mais vos formes son magnifique, généreuse et gracieuse... Ensuite vous vous êtes mis à vous battre contre des créatures invisibles, vus les chutes et votre allure d'ivresse, le fait que vous trébuchiez à plusieurs reprises, je pense que vous avez perdus glorieusement..."

Il reprit sa respiration, comme si son récit ne faisait que commencez et que le pire était à venir. Le pire étant que ses talents théâtral était tout à fait géniaux, il y aurait même crut, il ponctuait son visage et son corps des mimiques qui lui était habituel, se qui attester de la vérité de son récit. Il se soutenu calmement le regard effaré de la jeune femme et ajouta calmement:

"Ensuite vous êtes mis a dansez autour de moi, jusqu'à se que j'aille m'asseoir épuisé et vous avez continuez vous êtes effondrez sur moi et vous m'avez raconté tout un tas de fadaise, ensuite et venu le pire. Vous m'avez fait des proposition indécente et m'avez dit vouloir réviser le "Kama" je ne sais plus trop quoi dans votre chambre ou la mienne au choix, j'aurais jurer que vous étiez enivré par quelques alcools. Ensuite vous vous êtes endormis, je vous est rhabillé et je vous est couvert avec ma cape, je vous est pris dans mes bras pour vous aidé à vous réchauffer. Et maintenant vus comment vous prenez la situation, j'aurais peut-être du accepter l'une de vos proposions..."

Son ton finissez dans les hautes et sa lui rappelez à quelle point, il avait été en colère de la voir s'en aller de voir la vie s'enfuir de son corps. Il paraissait plus vrai, que vrai que vrai, lui même y croyait imaginant la scène dans sa tête pour se donner un peu de force...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Dim 2 Mar - 0:14

Le discours sembla ne pas l’atteindre comme si la vérité s’était profilée immédiatement. Garath était un bon comédien mais trop d’enthousiasme révélait une chose bien plus grave. Lena n’était pas certaine de ce qu’elle avancerait au pire elle retirait ces paroles mais il fallait qu’elle en ait le cœur net. Sa clairvoyance sur le comportement de son ami l’affola quelque peu. Elle commençait à discerner des choses confuses mais toute autres que celles que Garath prenait la peine de mimer. Son regard se voila de nombreuses fois et ses absences répétées calmèrent le jeu bien trop brûlant. Ses souvenirs n’était pas nets et apparaissaient sous la forme de flashs, elle y voyait Garath perdu, totalement abattu, recueillit dans ses bras, elle y voyait également une lumière intense, du sang, des larmes et une histoire de don. Lena n’en saurait pas plus sa mémoire lui faisant défaut. Elle regarda alors son compagnon l’air triste lui affichant un sourire de façade.

« Cela devait être affligeant je m’en excuse …»

Elle dit cela sur un ton si peu enjoué, si perturbé qu’elle finit elle-même par se perdre. Elena regarda ses mains puis sa tunique tachée de sang, elle toucha sa poitrine insistant sur l’endroit ou Trida était passée. Lena se sentait étrangement volée, il lui manquait une partie de son être.


« Combien de temps suis-je restée inconsciente ? Qu’est qu’ils mon fait !!!»


T’elle une gamine ayant perdu ses parents elle commença a paniquer dépassée par ses responsabilités, elle craqua littéralement se mettant à pleurer à chaudes larmes. Bien que ses souvenirs soient effacés il restait un sentiment vif, celui d’avoir été souillée et manipulée contre son grès. Non pas par Garath car elle lui faisait confiance mais par quelque chose de bien plus puissant. Elle commença à se débattre voulant effacer les traces de son sang. Cette crise de nerf la transporta radicalement ailleurs faisant remonter à la surface une nature sensible, naturelle et spontanée. Alors que la jeune femme se sentit mourir de honte et de chagrin deux grands bras l’empoignèrent.

_________________


Dernière édition par Lena Webster le Dim 2 Mar - 1:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Dim 2 Mar - 0:44

Il enserra la jeune et frêle femme pendant quelque instant et la réchauffa en la frottant avec sa cape, qu'elle portait encore. Il demeura silencieux son sens de l'humour avait disparut pour l'instant, elle était si tristesse, si effondré, il la fit glisser contre le mur et s'asseoir, il la tenait comme un peu plus tôt dans la soirée et se fit rassurant et paternaliste, plus protecteur. Il prit un voix douce, qu'il lui était peu habituel et commença calmement:

"Vous êtes battu contre un être mort, une morte, qui vous à blesser, vous avez était mortellement blesser, je me suis confronter aux "Autres créatures" qui mon expliquer que je pouvais sauver et je pouvais vous sauver. Et je vous est sauvez, je vous est ramenez, ne vous inquiétez pas, je veille sur vous, je ne vous quitterais jamais. Je veille sur vous..."

Il la serra fort contre lui et lui ajouta calmement, en sortit une bouteille plus grosse que les autres de sa sacoche:

"Du vin, à votre santé..."

Elle ne pouvait imaginer à quelle point la nuit avait était difficile pour, il but une longue gorgée de vin et lui tendit la bouteille. Il n'avait pas passer une bonne nuit du tout, il avait vu la femme qu'il aimait mourir puis revivre et son bras gauche la tenait assez fort pour qu'on sache qu'il ne voulait pas la laisser s'en aller. Il ne pouvait pas laisser partirent, il l'avait déjà vue partir...
Revenir en haut Aller en bas
Lena Webster
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Localisation : Galaxie du Centaure
Equipe : Taurus 1
Spécialisation : Chasse à l'homme
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   Mer 5 Mar - 18:25

Lena blottie dans les bras de Garrath attrapa à pleines mains la bouteille qu’il lui tendait. Elle en bu quelques gorgées ce qui la fit toussoter, l’alcool était d’une violence appréciable, juste ce qu’il fallait pour la détendre et la faire cesser de pleurer. Le colonel préférait plus volontiers un whisky au coin du feu ou un cognac en pleine nature, cela lui rappelait les vieilles pierres de son château.

« J’ai besoin de prendre une douche, de me changer, d’humer l’odeur fraîche d’un peignoir en soie et de m’endormir dans vos bras. »

Elle hoqueta doucement se laissant glisser, épousant le corps de Garath. Ses yeux brûlaient d’un engouement sans limites. Baignant dans son propre sang, elle ne pouvait s’imaginer être capable de se relever et de reprendre une vie normale. Il lui fallait du confort, un bon lit, une eau brûlante et de quoi se changer. Mais ce qu’il lui fallait par-dessus tout c’était un gardien pour veiller sur ses rêves, un homme capable de la rasséréner, un être en qui elle pourrait enfouir son visage, un protecteur qui la protègerait de ses craintes. Ses tempes étaient toujours violacées, victimes du matraquage de la fièvre passée. Sa nuque moins raide était posée sur l’épaule de Garath de sorte que sa joue était colée à la sienne. Leurs respirations s’étaient mise au diapason chacun priant pour le l’autre ne bouge pas. Le Centaurin exerçait une pression conséquente sur son corps meurtris cherchant absolument à la garder auprès de lui. Il faudrait pourtant se lever, retrouver ses quartiers et se regarder profondément dans les yeux à chaque fois que l’on se rencontrerait. Lena alla chercher la main de Garath, elle posa la sienne dans sa paume et entremêlât ses doigts avec les siens serrant pour qu’ils ne s’abandonnent.

« Et maintenant ? Maintenant que nos destins son liés ? Maintenant que ma vie est condamnée qu’allons nous faire ? »

Webster ferma les yeux crispant son visage adoucit par la chaleur, le bleu qui les illuminaient s’éteint alors subitement faisant perdre au Centaurin le fil de la conversation. Tels des lanternes flamboyantes dans la nuit les perles qui se mussaient dans le regard de Lena avaient le don de rassurer et de captiver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les yeux dans le vide [PV Garath Nohlan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» « Les yeux perdus dans l'vide. » ft. Dougal Wennolds.
» Episode 1: Saut à l'élastique. Saut dans le vide. (Raph')
» "Les yeux dans les BB-eux"
» Assis sur le sable, les yeux dans l'eau ...
» (H) JACK O'CONNELL ? elle cherche tes yeux dans tous les regards qu'elle croise.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Stargate Atlantis :: Hors-Rpg :: Cité principale :: Terrasses-
Sauter vers: